Superbes appartements modèles, avantages fiscaux surévalués, charges ignorées… Les promoteurs en loi Pinel embellissent souvent la situation. Ne vous laissez pas influencer et informez-vous de votre côté sur les produits à vendre, notamment à travers des sites spécialisés. N’oubliez pas que l’emplacement du programme et la qualité de la construction doivent être vos principaux critères. Si le logement en question est destiné au marché locatif, agissez comme s’il s’agissait de votre résidence personnelle. Voici pourquoi vous devez choisir PINEL pour une meilleure rentabilité ?

    Le choix du logement est une étape primordiale pour réussir un investissement locatif

    Les avantages fiscaux d’un investissement immobilier locatif en PINEL

    Inutile de se lancer si cela ne compense pas la réduction de loyer imposée par la loi. La formule de défiscalisation de la loi Pinel est simple : vous bénéficierez de 12, 18 ou 21% de réduction d’impôt sur le prix d’achat dans la limite de 300.000 euros et 5500 euros le mètre carré, selon que vous louez votre puits six, neuf ou douze ans (sachant que la réduction d’impôt sera étalée sur la période de location, et qu’elle comprend le plafond des échappatoires fiscales de 10 000 euros par an).

    C’est un gain pouvant aller jusqu’à 63 000 euros. Mais attention, cela peut ne pas suffire à justifier votre achat. Vous devez comparer l’avantage fiscal accordé avec la perte de revenu qu’il peut entraîner. Car sachez que les plafonds de loyer imposés par la loi sont de 10 à 15% inférieurs à ceux du marché. Si cette différence n’est pas compensée par les économies d’impôt, vous ne devriez pas y aller.

    Etude d’un nouvel investissement locatif sous le régime fiscal de la loi Pinel

    Cette loi est très rentable en ce qui concerne les investissements immobiliers locatif. Il vous suffit juste de réunir toutes les conditions

    Conditions

    Méfiez-vous des immeubles dédiés à 100% aux investisseurs de Pinel. La réussite de l’opération stipule d’abord que le prix du bien ne soit pas trop élevé afin d’éviter tout risque de perte de valeur à la revente. Vérifiez également que vous payez suffisamment d’impôts : avec un investissement de 300 000 euros conservé pendant douze ans, 6 000 euros versés chaque année au fisc est un strict minimum

    Pensez à la location, bien sûr, vérifiez auprès des agents immobiliers locaux que la demande existe, mais n’oubliez pas la revente. Ainsi, méfiez-vous des programmes de studio et de deux pièces entièrement vendus à des investisseurs, généralement peu soucieux du bon entretien des locaux et qui revendront tous en même temps : là aussi, méfiez-vous du risque de perte en capital.

    Contreparties

    Le logement doit être loué sans interruption pendant six, neuf ou douze ans. Plusieurs obligations attendent l’investisseur dans Pinel. En plus d’acquérir un bien immobilier satisfaisant, à haut niveau de performance énergétique et situé dans un quartier résidentiel au marché locatif serré.

    Les loyers sont plafonnés (le maximum applicable en 2020 varie de 10,44 à 17,43 euros par mois et par mètre carré, selon les régions), tout comme les revenus des locataires, même si en pratique 70% des ménages sont éligibles au Pinel. Enfin, le propriétaire doit louer son bien en continu pendant six, neuf ou douze ans. Il lui est possible d’y loger ses parents ou ses enfants, à condition qu’ils ne fassent pas partie de son foyer fiscal.

    Conclusion

    En somme, les investissements immobiliers locatif en Pinel, vous devez essayer pour profiter de tous les avantages. Les réductions d’impôts seront annulées en cas de non-respect des engagements. La loi Pinel vous propose un contrat, vous financez le logement de ceux qui en manquent et, en échange, vous bénéficiez d’un allégement fiscal.

    Si vous ne trouvez pas de locataire dans les douze mois suivant la réalisation de la résidence ou ne respectez pas alors les conditions de fonctionnement du système (augmentation de loyer, résiliation de la location, vente anticipée de l’appartement…), non seulement vous ne serez plus bénéficier de l’avantage fiscal pour la période d’engagement restante, mais vous verrez votre impôt majoré du montant des réductions obtenues depuis le début de l’opération.