La menace sanitaire que représente le coronavirus Covid-19 bloque le marché immobilier surtout avec la mise en place du confinement. Les opérations d’achat et de vente sont presque à l’arrêt. Même si notaires et agents immobiliers essayent de trouver d’autres moyens de fonctionner notamment pour les opérations en cours de signature, les nouveaux projets sont en stand-by. Néanmoins, le confinement ne va pas durer indéfiniment et les transactions reprendront. Comment mettre à profit cette période de pause pour faire des coups immobiliers ?

Suivre de près les études menées par les spécialistes de l’immobilier

En cette période de confinement, le secteur immobilier est à l’arrêt et aucunes nouvelles transactions ne sont actuellement en cours. Seules les opérations déjà lancées avant l’épidémie sont traitées à distance. Les statistiques sont aux rouges. Toutefois, les experts du domaine se prononcent sur la situation. Ainsi, Thomas Lefebvre, directeur scientifique chez MeilleursAgents.com, prévoit une perte de 20% en 2020. Il argumente que d’habitude en une année le chiffre d’affaire du secteur est de 1 million d’euros mais qu’avec la crise il faut s’attendre à un total de 800 000 € voire 900 000 €. Il estime qu’il y aura une contraction du volume des ventes ainsi qu’une baisse modérée des prix. Les grandes métropoles devraient mieux résister à cette baisse grâce aux nombreux emplois en CDI.

Ce qui préoccupe tous les spécialistes, c’est la date de la fin du confinement et également comment sera la situation économique du pays après la crise sanitaire. Thomas Lefebvre suggère que les vendeurs et les acheteurs doivent suivre de près ce que sera la situation post-confinement. En fait, il faudra observer si toutes les politiques économiques prises par les États et les autorités monétaires ont été efficaces, si les marchés bancaires et financiers sont satisfaits des mesures économiques annoncées et surtout si les ménages ont repris leurs différentes activités. Si ces conditions sont réunies et si l’épidémie est maîtrisée, alors l’analyste pense que le marché immobilier peut se remettre pour septembre.

De nouvelles opportunités

Si globalement le secteur pourrait s’en sortir sans y laisser trop de plumes, certains acteurs ne tiendront pas le choc. Des professionnels comme des particuliers seront obligés de mettre leurs biens en vente. Avec ces mises sur le marché ajoutés aux nombreuses offres qui y sont déjà ou qui devaient l’être ces dernières semaines, le volume des biens mis en vente risque d’augmenter sensiblement après le confinement. Pour réussir à vendre, des acheteurs accepteront des baisses de prix, parfois très importantes. Il faut être prêt pour saisir ces opportunités.

Prévoir son financement

Il convient de mettre à profit cette période particulière pour monter un bon dossier d’emprunteur. C’est le moment de passer au peigne fin vos capacités financières afin d’être en mesure, dès la fin du confinement, de se positionner sur les meilleures affaires.

Estimer un potentiel de location moins élevé

Si votre investissement immobilier porte sur la mise en location d’un appartement ou d’une maison, profitez du confinement pour estimer au juste prix la valeur locative du bien que vous serez amené à acheter. C’est une étape à ne pas négliger afin d’éviter de faire fuir les locataires avec un loyer trop élevé. Après la crise sanitaire, ils seront nombreux à être impactés et cela pendant plusieurs mois alors des répercutions devraient avoir lieu dans le montant des loyers.

Pour cela, les annonces immobilières sont la meilleure source d’information. Consultez les sites internet pour analyser le nombre d’offres d’appartements ou de maisons similaires à votre projet. Si ce nombre augmente de semaine en semaine c’est que la concurrence sera forte avec de probables baisses significatives de loyer. Sinon, si le nombre d’offres reste limité même après la fin du confinement, vous pouvez partir sur les prix du marché. Mais attention, pour parfaire son investissement locatif, il faut prévoir une baisse du loyer. L’anticiper est nécessaire dans cette période où même les spécialistes émettent des hypothèses sans pouvoir avoir de réelles certitudes. Pour avoir cette marge, il est nécessaire d’acheter à un coût réduit.

Accepter de négocier fortement pour acheter à moindre coût

Un bien immobilier vous a intéressé bien avant la pandémie du Covid-19 mais le vendeur vous proposait un prix de vente qui n’était pas à votre portée ? Vous pouvez vous servir de la paralysie du marché immobilier pour recontacter le vendeur et l’amener à revoir son offre afin qu’elle corresponde à votre budget. Bien sûr, la remise doit être significative car il faut, non seulement que ce nouveau prix convienne à votre budget fixé, mais aussi que la rentabilité de l’investissement soit adaptée à un loyer revu à la baisse.

Avec cette crise, les acheteurs sont en position de force. Vous devez profiter de cette situation pour faire des propositions fortes. Que cela soit pour un bien immobilier qui vient d’être mis sur le marché ou pour un logement qui ne trouve pas preneur depuis plusieurs mois, il faut accepter de négocier fortement. Acheter au meilleur prix est la seule option pour éviter d’avoir une mauvaise surprise avec une chute importante de la valeur locative.