L’éco-prêt à taux zéro, ou éco-PTZ, désigne une aide accordée par l’état pour financer des travaux de rénovation énergétique, les matériaux comme la pose. Prolongé par la loi des finances 2019 jusqu’au 31 décembre 2021, il possède un taux d’intérêt égal à 0 %. Découvrez si vous êtes éligible !

A qui s’adresse l’éco-prêt à taux zéro ?

L’éco-PTZ peut être accordé à tous les propriétaires, sans condition de ressources, du moment que le logement est achevé depuis au moins deux ans et utilisé comme résidence principale. Bailleurs comme occupants peuvent en faire la demande, en métropole comme dans les départements d’Outre-Mer. Les copropriétés peuvent également bénéficier de l’éco-prêt pour rénover les parties collectives d’un immeuble ainsi que pour réaliser dans les parties privatives des travaux d’intérêt collectif.

Quelles conditions faut-il remplir pour être éligible ?

Vous devez faire effectuer vos travaux par une entreprise certifiée RGE, c’est-à-dire qui détient la mention « reconnu garant de l’environnement ». Les rénovations à effectuer doivent également entrer dans l’une des catégories prises en charge par l’éco-PTZ. Vous pouvez effectuer une simulation en ligne sur le site du Service public pour découvrir en quelques clics à quelle aide vous aurez droit.

Quels sont les travaux concernés par l’éco-prêt ?

L’éco-PTZ permet de financer différents types de travaux visant à améliorer les performances énergétiques d’un logement :

  • L’isolation thermique de toute la toiture, de toutes les surfaces vitrées et d’au moins 50 % des murs.
  • L’installation d’équipements qui produisent du chauffage ou de l’eau chaude en utilisant les énergies renouvelables.
  • La remise aux normes en vigueur des équipements qui produisent de l’eau chaude et du chauffage.
  • L’isolation de l’intégralité des planchers bas.

Pensez qu’il est plus logique et efficace de commencer par des travaux qui isolent correctement votre habitation avant d’investir dans des solutions de chauffage plus écologiques.

À combien se monte l’éco-PTZ ?

L’Etat accorde entre 7 000 € et 30 000 € pour financer des travaux de rénovation énergétique. L’offre est plafonnée à 7 000 € pour tout ce qui concerne l’isolation thermique des surfaces vitrées. Si vous souhaitez effectuer une seule autre catégorie de travaux, vous pourrez profiter de 15 000 €. Pour deux types de travaux, vous obtiendrez 25 000 € maximum et si vous prévoyez un bouquet de trois types de travaux, ou plus, vous pourrez recevoir 30 000 €.

Quels que soient les travaux et les rénovations que vous entreprendrez, la durée de remboursement de l’éco-PTZ ne pourra pas dépasser 15 ans. Tant que vous n’aurez pas intégralement remboursé l’emprunt, vous ne pourrez pas utiliser le logement autrement qu’en tant qu’habitation principale : impossible de le transformer en local professionnel ou bien de l’affecter à la location saisonnière.

La somme prêtée pourra être versée en une fois ou bien en plusieurs fois, à chaque étape clé des travaux et en s’appuyant sur les devis fournis par l’artisan ou l’entreprise RGE.

Comment demander cette aide accordée par l’Etat ?

Renseignez-vous tout d’abord auprès de votre banque. Si elle est conventionnée par l’Etat, elle pourra vous distribuer un éco-PTZ. Sinon, rendez-vous dans un autre établissement bancaire. Vous devrez lui fournir divers documents, après avoir rempli le formulaire « Emprunteur » :

  • Votre dernier avis d’imposition
  • Un devis signé par un professionnel RGE et détaillant le coût total des rénovations énergétiques à effectuer
  • Un justificatif prouvant que vous utilisez ce logement comme votre résidence principale.
  • La date de construction de votre habitation

Aucun frais de dossier n’est à prévoir ! Une fois que l’offre de prêt est lancée, vous disposez d’un délai de trois ans pour faire effectuer tous les travaux prévus. Même s’il n’y a aucun condition de ressources pour obtenir un éco-PTZ, votre banque peut tout de même vous le refuser au vu de votre taux d’endettement.

L’éco-prêt complémentaire

L’éco-PTZ peut atteindre un maximum de 30 000 €. Si vous avez déjà bénéficié du dispositif sans atteindre ce plafond, vous pourrez faire une nouvelle demande d’aide pour effectuer dans votre maison de nouveaux travaux destinés à faire baisser sa consommation énergétique. Attention, il ne doit pas s’agir des mêmes travaux que lors de votre premier éco-prêt et vous devez faire votre deuxième demande dans un délai de cinq ans maximum après la première. L’Etat pourra alors vous prêter la différence entre les 30 000 € plafonnés et la somme de votre premier emprunt.