Vous avez trouvé le terrain de vos rêves mais celui-ci est en pente ? Certes, cette caractéristique risque d’ajouter quelques contraintes à votre projet, mais celle ne le rend pas impossible pour autant ! Découvrez les solutions qui s’offrent à vous et les éléments clés à connaître avant de vous lancer dans la construction.

Terrain en pente : des risques supplémentaires

Les faiblesses de ce genre de parcelle sont inhérentes aux risques de mouvement de terrain. De fait, pour construire sur un terrain en pente, vous allez devoir supporter des surcoûts pour que ces risques soient limités.

Eboulements, glissements de terrain, tassements ou encore avalanches (en montagne) sont des dangers couramment cités et qu’il faudra prendre en compte en amont, à la fois par l’architecte et par le maître d’œuvre.

Quelles sont les constructions possibles ?

L’autre point noir des parcelles en pente, c’est que votre terrain vous contraindra à certains types de construction. Les implantations encastrées ou semi-enterrées sont fréquemment utilisées en zones montagneuses : le sous-sol de la maison est complètement enterré, ce qui permet une isolation qualitative par le sol.

La construction en gradins (ou en paliers) est un autre type d’édification possible, méthode qui permettra d’épouser le dénivelé de votre parcelle et, souvent, de créer plusieurs espaces extérieurs distincts ; en contrepartie, l’intérieur de votre maison nécessitera forcément la présence d’escaliers. Pour les terrains très pentus, il faudra privilégier la construction sur pilotis, qui permet de « suspendre » une partie de votre habitat au-dessus du terrain en pente.

La technique du belvédère est une autre solution pour profiter d’une vue dégagée, au-dessus de votre terrain. Si cette méthode permet de réduire la note de terrassement, elle limitera cependant les accès à votre logis.

Une étude approfondie du sol est plus que conseillée

L’étude de sol n’est pas obligatoire, mais elle vous permettra de connaître avec précision les caractéristiques du sol, et ainsi d’éviter bien des mauvaises surprises par la suite ! Un géotechnicien sera donc amené à vérifier la nature, la densité et le type de votre sol.

Cette prestation a un coût : généralement 1% du prix total de la construction, prix qui peut varier en fonction du prestataire choisi. Si ce coût vous semble élevé, sachez que la réalisation de cette étude vous permettra de bénéficier d’économies sensibles sur votre assurance dommages-ouvrage. En effet, les assureurs n’hésitent pas à faire baisser la note d’environ 40% suite à l’expertise de votre sol !

Notons aussi que certaines banques conditionnent parfois l’octroi de votre prêt immobilier à la réalisation d’une étude de sol complète.

Les terrains en pente n’ont-ils que des inconvénients ?

Surcoûts, risques, étude de sol… A première vue, les terrains en pente ne soutiennent pas la comparaison avec les parcelles dites « 100% exploitables ». Pourtant, il faut relever que les parcelles pentues peuvent avoir des avantages :

  • Généralement, ces terrains ont un prix moins élevé que la moyenne. Si votre budget est limité et que les travaux d’aménagement ou de terrassement ne vous font pas peur, vous pourrez réaliser des économies en achetant un terrain légèrement en pente. N’hésitez pas à négocier: en raison de la nature du terrain, l’acheteur est souvent en position de force !
  • Autre avantage, la possibilité de découvrir des parcelles relativement isolées du voisinage. Les lots en pente sont fréquemment en limites des zones constructibles, et bénéficient donc d’un environnement privilégié : moins de nuisances, plus d’intimité.
  • Enfin, votre maison sera assurément unique, épousant les reliefs du sol et permettant la création de multiples terrasses, ou encore de profiter d’une vue particulièrement jolie… Les sols en pente nécessitent la création de maisons atypiques à la fois à l’intérieur et à l’extérieur !

Dans tous les cas, n’oubliez pas que le dénivelé de votre terrain n’est pas le seul facteur à observer lors de l’achat de votre parcelle. La taille totale du terrain, les accès à celui-ci, sa constructabilité, la végétation environnante, le voisinage ou encore l’orientation globale sont d’autres critères de poids.