Ça y est ! Vous avez trouvé le bien immobilier qui vous convient, et vous avez maintenant hâte de signer le compromis de vente… Que vous achetiez un logement neuf ou un bien ancien, il y a quelques points clés à vérifier absolument avant d’apposer votre signature. Découvrez lesquels dans cet article.

Vérifiez l’état du logement dans les moindres détails

Bien sûr, vous avez visité le logement en question, et vous avez peut-être déjà noté quelques aménagements ou travaux à prévoir. Qu’il s’agisse de petites finitions ou de gros œuvre, cela n’est pas suffisant !

Il faut en effet jeter un coup d’œil avisé aux différents diagnostics que le propriétaire actuel doit vous fournir, documents obligatoires lors du compromis. Vous pouvez ainsi y découvrir :

  • Les éventuelles anomalies en matière d’électricité ou de plomberie : légères fuites, absence de prise terre sur certaines prises, etc.
  • La présence de matériaux dangereux, tels que le plomb et l’amiante. La loi Solidarité et Renouvellement Urbains, votée en novembre 2000, prévoit un « certificat amiante » lors de toute promesse de vente.
  • D’autres diagnostics peuvent vous informer sur la présence de risques naturels et miniers, ou encore sur le raccord au réseau d’assainissement.
  • Enfin, le diagnostic Superficie (Carrez) permet d’avoir un métrage clair et précis, pièce par pièce, de la superficie globale du bien.

N’hésitez pas à demander au vendeur ces dernières factures de chauffage, notamment l’hiver : cela vous évitera peut-être de mauvaises surprises.

Appartement neuf ou ancien : attention aux charges…

Si vous achetez un appartement, vous devez connaître le montant des charges de copropriété. En fonction du nombre de lots et des services proposés (ascenseur, entretien, honoraires du syndic…) cette note peut très rapidement grimper.

Les appartements affichés à un prix particulièrement intéressant « cachent » parfois des charges très élevées. Il est impératif que vous regardiez de près le montant des charges annuelles de copropriété, sans quoi celles-ci risquent tout simplement de plomber votre budget. Le vendeur est ainsi tenu de vous informer de leur montant exact et de ce que les charges recouvrent précisément, mais aussi des éventuelles procédures en cours.

Outre la copropriété, sachez que le fait de devenir propriétaire vous obligera à payer une autre taxe : la taxe foncière. Cette taxe, calculée en fonction du nombre de m² habitables, peut énormément varier d’une commune à l’autre ! Aussi n’oubliez pas de demander au propriétaire actuel le montant de cette taxe annuelle.

Bon à savoir : la taxe foncière est établie pour l’année entière – ainsi, si vous devenez propriétaire le 4 mars 2020, vous ne commencerez à la payer qu’à partir du 1er janvier 2021. C’est le propriétaire au 1er janvier 2020 qui devra s’acquitter de toute la période annuelle, même s’il vend son bien en cours d’année.

L’exposition n’est pas un détail

Dernier point d’importance à vérifier lors de l’achat : l’exposition. Si votre bien est correctement exposé, vous bénéficierez d’une lumière naturelle très agréable. Alors quelle est la bonne exposition ?

Cela dépend en fait de chacune des pièces de votre maison ! Si vos pièces de vie (cuisine, salon, salle à manger) sont idéalement exposées plein Sud, l’orientation Est ou Sud-Est sera parfaite pour les chambres et bureaux. Enfin, une terrasse exposée Ouest permettra de profiter des rayons du soleil en fin de journée.

Bien entendu, il sera difficile de « cumuler » ces excellentes orientations : on évitera de toutes façons, autant que possible, l’orientation au Nord pour les pièces de vie. Ce type d’orientation n’est guère intéressante en termes de lumière comme en ce qui concerne les dépenses énergétiques : car oui, avoir un logement bien exposé vous permettra de réduire votre facture de chauffage !

Dernier conseil, applicable sur l’exposition comme sur d’autres sujets : ne croyez pas le propriétaire sur parole ! Pour connaître avec précision l’exposition du logement que vous achetez, vous pouvez utiliser une application sur votre smartphone ou tout simplement une boussole. Vous aurez ainsi la certitude de connaître l’exposition réelle.