L’Office National des Agents Immobiliers (The National Board of Realtors), l’une des plus grandes institutions professionnelles des États-Unis, a désigné Miami comme le marché numéro 1 en vitesse de récupération depuis 2012. Pourquoi la reprise a été plus forte que dans d’autres villes ? C’est à cette question que nous allons essayer de répondre dans cet article en passant en revue 7 des motifs pour lesquels le marché de l’immobilier en Floride est florissant.

6 bonnes raisons d’investir en immobilier en Floride

1. La ville

Miami est l’une des régions métropolitaines avec la croissance démographique la plus élevée du pays. Alors que pour des villes comme Detroit et d’autres villes industrielles du centre du pays, celle-ci diminue rapidement (jusqu’à 2% par an au cours des 13 dernières années), la courbe démographique de Miami s’élève entre 2% et 1,2% par an depuis le début du millénaire.

2. Le niveau de vie

Toujours un paradis pour les étrangers à la recherche d’un endroit avec une qualité de vie élevée, du beau temps et des possibilités d’amélioration professionnelle.

3. Les nouvelles générations

La grande majorité de ces immigrants sont des jeunes (entre 25 et 45 ans) qui se trouvent dans la phase intermédiaire de formation de leur famille. Le sud de la Floride a cessé d’être, il y a 15 ans, la région privilégiée des retraités américains. La population est en croissance et avec elle, la nécessité d’une amélioration quantitative et qualitative des logements.

4. Sa démographie

La composition démographique y contribue également: actuellement 23,5% des logements sont occupés par une seule personne, 27,5% par deux et 18,7% par trois personnes. Cela génère une plus grande demande d’unités résidentielles.

5. Les logements

Durant ces 7 dernières années, seuls 200 nouveaux logements en copropriété ont été construits dans la région, en attendant que le surplus laissé par la crise soit absorbé.

6. Les avantages fiscaux

Enfin, nous ne pouvons pas manquer de mentionner les milliers d’étrangers qui sont arrivés après la crise afin d’investir leurs économies dans ce marché, perçu comme solide et stable et où tout le monde peut faire des affaires même s’il n’est pas résident, sans payer plus d’impôts et avec la liberté totale de récupérer son argent, le jour où la propriété est vendue. L’état de Floride est l’un des états américains où l’on paye le moins d’impôts parce que, contrairement à d’autres comme New York ou la Californie, il n’existe pas d’impôt provincial sur le revenu. Pour le même investissement en Californie, il sera versé jusqu’à 53% d’impôt, alors qu’en Floride seulement 20%.

En conclusion

Les investisseurs arrivent, cette fois-ci, de toutes parts. Jusqu’au boom précédent, la plupart des capitaux provenaient d’Amérique latine. En 2012, pour la première fois, le groupe d’acheteurs étrangers le plus important est venu de… France. Les Français, désireux d’échapper à l’onéreux impôt sur le revenu de 75%, que le président Hollande proposait dans le cadre de ses promesses de campagne, ont mis de côté leur traditionnelle aversion pour investir à l’étranger et ont acquis 20% des unités en vente dans la région, plus que les Canadiens, Vénézuéliens, Brésiliens et Argentins, acheteurs traditionnels de propriétés immobilières dans cette ville.