On le sait bien, acheter lorsque l’on est jeune n’est pas forcément évident. Mais c’est possible ! Après un long moment de réflexion intense vous vous sentez prêt ? Nous vous dévoilons les solutions afin de vous faciliter l’acquisition d’un bien. 

Pour commencer, posons les bases. Qu’est ce qu’un jeune ? Est considéré comme jeune, en matière de crédit immobilier, toute personne ayant moins de 35 ans, jeune actif ou encore étudiant. Il est vrai que lorsque nous avons moins de 35 ans, il existe de multiples avantages tant du côté des tarifs en matière d’assurance que des aides disponibles.

Il est important de ne pas se lancer à l’aveugle. Renseignez-vous, lisez bien nos articles, intéressez-vous. Il faut vous créer une culture immobilière. Avant d’investir, afin de disposer d’un fond de précaution en cas de problème, faites en sorte de remplir votre livret jeune. Voila un petit conseil comme ça. 

Avant de vous lancer à corps perdu dans votre beau projet, ouvrez le plus tôt possible un PEA ainsi qu’une assurance-vie. Vous allez me dire « mais pourquoi donc ? » et bien tout simplement, avec le temps, ces deux supports d’investissements ont une fiscalité qui devient plus avantageuse.

Maintenant que nous avons les bases. Intéressons-nous aux différents points à aborder.

Prenez rendez-vous avec votre banquier.

Que vérifie réellement les banques ? Il est vrai qu’il faut faire attention à son taux d’endettement ainsi que son apport personnel. Le montant d’un prêt immobilier va en majorité, concerner et dépendre de vos revenus ainsi que votre apport personnel. Mais ce n’est pas tout. Les banques sont être attentives au détail de vos comptes bancaires afin d’être certaines que vous avez une gestion saine de votre budget. D’autres éléments déterminants rentrent également en jeu tel que : votre ancienneté et votre rigueur professionnelle au sein de votre entreprise.

Dans le cas où vous êtes étudiant, mettez en avant votre école. Les banques se montrent généreuses avec les jeunes ayant un profil « évolutif ». Ce qui veut dire, les acquéreurs à potentiel dont les revenus promettent d’augmenter dans les années à venir.

Exposez lui votre projet. Cela va vous permettre de tâter le terrain. À savoir que certaines banques proposent des offres sur mesure. Tel que le prêt immobilier jeune sans apport. Pour que votre projet soit entendu, pris au sérieux et ainsi obtenir des conditions favorables tel que des remises de frais de dossier, des taux attractifs, faite en sorte de :

  • Mettre en avant vos perspectives d’évolution professionnelle,
  • Montrez que vous êtes un client fidèle,
  • Abordez vos projets d’avenir.

Pourquoi pas faire appel à votre famille ?

En achetant en indivision, vous pouvez ainsi partager le coût du projet avec vos parents ou grands-parents. Cela veut dire que chacun détiendra une part du logement. Il faudra dans ce cas, signer une convention d’indivision, permettant de fixer plusieurs règles tel que le financement des travaux ou encore la répartition des charges. 

Afin d’obtenir un meilleur taux immobilier, vous pouvez bénéficier du plan épargne logement de votre famille, si celui ci, à été ouvert à une époque où les taux étaient avantageux. 

Tirez parti du prêt à taux zéro.

Un prêt sans intérêt, plutôt intéressant non ?

Il est attribué en fonction des ressources de votre foyer ainsi que de la localisation du bien immobilier que vous souhaitez acheter. Suivant le type de logement que vous souhaitez acheter, ses conditions varient. 

  • Si vous achetez dans le neuf : le prêt accordé pourra représenter 40 % du prix du bien.
  • Si c’est dans l’ancien : le prêt ne fonctionne que si le bien fait l’objet d’une rénovation dont le coût représente a minima 25 % du prix de l’acquisition.

Sollicitez le prêt Action Logement.  

Vous pouvez également avoir recours au prêt Action Logement, qui accorde des taux très attractifs s’adressant justement aux jeunes actifs travaillant dans une entreprise comptant plus de dix salariés. Vous avez seulement à en faire la demande auprès de votre employeur. À noter que le montant de ce prêt ne peut dépasser 30 % du prix du bien.

L’assurance.

Afin de vous accorder le prêt immobilier jeune, votre banque vous demandera de souscrire une assurance emprunteur. Cependant celle ci peut s’avérer très cher. Avec la loi Lagarde, vous pouvez opter pour un contrat moins coûteux en comparant les tarifs et ainsi choisir la compagnie que vous souhaitez. N’hésitez pas à lire notre article sur la Loi Lagarde pour en savoir plus.