Vous n’êtes pas censé savoir que les banques, recevant de nombreuses demandes de prêt immobilier, on tendances à traiter les dossiers les plus « simples » en priorité. Le fait d’obtenir un prêt  avec plus ou moins d’aisance réside en réalité dans la facilité ou l’envie qu’aura la banque à traiter votre dossier. Certes vous n’avez que très peu d’emprise sur la complexité de votre dossier, cependant voici quelques facteurs pouvant optimiser ce dernier.  

Lorsque vous disposez d’un dossier quelque peu complexe, il est important d’anticiper la demande. Préparez votre dossier et n’hésitez pas à faire une simulation, disponible en ligne sur certains sites, afin de déterminer le niveau de complexité de votre dossier. 

1 – Une situation professionnelle stable 

Il faut savoir que les banques sont en quête de profils professionnels les plus stables possible. Les profils ont tendances à être plus attrayants, plus rassurants lorsqu’il s’agit de professions libérales ou des salariés en CDI. En revanche, les statuts plus difficiles à financer sont par exemple les auto-entrepreneurs, du fait de l’instabilité des revenus. 

Vous êtes expatriés ?

Voici un cas plus compliqué. Le fait de ne pas être résident peut jouer sur le délais de traitement de votre demande. En plus d’une attente relativement longue, les refus sont plus récurrents et les taux différents. Votre demande sera d’autant plus compliquée si vous ne percevez pas votre revenu en euros.

Fonctionnaires ?

Au vu du fait que les banques attendent des situations professionnelles stables, être fonctionnaire est un grand avantage. En effet, le fait d’avoir un revenu sûr tout au long de votre carrière réduit la possibilité de défaut de paiement.

Travailleur indépendant ?

Evidemment, les travailleurs indépendants, peuvent emprunter. Encore une fois, et toujours, il s’agit de stabilité. La stabilité de l’activité en question. C’est pourquoi les banques regarderont en priorité la croissance de votre activité, les bilans, l’ancienneté…

Pour ce qui est des auto-entrepreneurs c’est un peu plus délicat. Sauf dans le cas où c’est un secteur dans lequel vous travaillez depuis pas mal de temps déjà.

Une carte de séjour ?

Sachez que vous pouvez parfaitement emprunter. Après, tout dépend de votre situation ainsi que de la durée de votre titre de séjour.

2 – Un projet sûr 

La Kryptonite des banques.

Dans le cas d’un achat dans l’ancien, ou de divers travaux, constructions, les banques sont méfiantes. Ne le prenez pas personnellement bien sur, mais elles n’en raffolent pas. 

Le minimum d’emprunt.

Il faut savoir qu’un emprunt inférieur à 50 000€ n’est pas traité comme un prêt immobilier mais comme un prêt à la consommation.  De plus, il est décourageant pour une banque de monter un dossier entier pour un montant dit faible.

Sachez qu’un apport de 10% plus les frais de notaire et garanties sont recommandés. L’apport permet de démontrer aux banques la capacité que vous avez à épargner. Pour des dossiers un peu plus délicats, les banques peuvent imposer 20% d’apport. 

3 – Les comptes

Ce que les banques ont en horreur c’est les comptes ayant une mauvaise gestion. Tout ce qui est des découverts, des crédits à la consommation, des refus de paiement, est très mal vu et peut être un obstacle à l’obtention d’un crédit. Donc oubliez tout ça. Une épargne d’un faible montant certes, mais régulière, rassurera votre banque et pourra même être un plus. L’épargne rassure les banques. Gardez ça en tête.

Si vous avez une situation quelque peu particulière, n’hésitez pas à faire appel à un de nos courtiers. Spécialisé, il saura mettre en avant vos points forts et structurer votre demande.